PRÉAMBULE - VIVRE DANS MON CAMION - 15 juin 2020.

Je n'en peut plus! Je dois partir pour continuer à vivre ma vie, celle dont j'ai toujours voulue. Enfin, je crois!

Je ne rentrerai pas trop dans les détails qui m'ont poussés à vouloir partir ainsi car, bien souvent, ce sont des énergies négatives. Je dois toujours me retrouver coincé au pied du mur pour changer ma vie. Ce n'est pas quelque chose de nouveau en ce qui me concerne. C'est en ces termes que je vis de la résilience.

Pour préciser l'expression "coincé au pied du mur", je dirais simplement que je n'en peu plus de manger compulsivement mes émotions; que mes quatre murs m'oppressent; sans compter que je ressens très peu d'amour.

Cependant, tout au fond de moi réside aussi une énergie positive qui me pousse à entreprendre une quête. Ce genre de quête qui mène vers de l'inconnu, un inconnu désiré depuis longtemps; un inconnu profond, transcendant.

J'entretiens donc, depuis longtemps, ce sentiment de ne pas être né à la bonne époque, d'être différent, de n'être que l'ombre de moi-même, de n'être que le résultat des perversions de mes parents! 
Dans ce cas-ci, je ne rentrerai pas dans les détails mais je peux vous dire que toute ma vie j'ai dû me battre contre le vice et le résultat en est ma solitude, mon isolement, ma boulimie. J'ai vieilli avec ce merveilleux sentiment (sarcasme) que je ne mérite pas d'aimer et d'être aimé.

Maintenant il est plus simple de comprendre pourquoi j'entreprend cette quête. Une quête d'amour qui a pour but de 
me redécouvrir, de retrouver de l'amour propre, de l'amour avec un grand "A" et de l'amour inconditionnel. Trois expériences déjà vécues par le passé et qui m'ont procurées beaucoup d'espoir en des jours meilleurs. Cependant, je ne suis plus dans ces jours meilleurs! Certes pas avec le confinement par dessus tout!

VIVRE DANS MON CAMION

On en est à moins seize jours avant mon départ. Un départ pour vivre dans mon camion, sur la route et me reconstruire une vie de nomade. C'est un vieux désir. J'imagine qu'il m'inspire beaucoup de liberté. En vrai, je n'en suis pas aussi sûr mais j'ose quand même me lancer. Dans le pire des cas, je n'irai pas loin! Ben ça c'est sûr tant que je n'aurai pas rebâtit mon moteur de camion. Il se fait vieux (1995).

Pour commencer je vais aller dans les pays d'en haut (Laurentides). Plus précisément à Sainte-Adèle. Je vais probablement passer l'été dans ce coin de pays car j'ai accès à une maison de thérapie, que je pourrai m'y stationner, m'y nourrir, m'y soigner et continuer de rénover mon camion et ma remorque. Il est à noter que j'ai encore beaucoup à faire sur mon camion camper avant de prendre la route vers d'autres horizons. Cet été sera donc un premier essaie.

MES ASPIRATIONS

Naturellement j'aspire à du mieux et cela sous-entend que j'aimerais bien vivre sur une terre agricole, une fermette ou autres.

Je suis un amant de la nature, sans nature actuellement! Je cherche donc à me rapprocher du bois, des champs, vergers, vignobles, campings, pourvoiries, lieux de retraite, méditation, zen, etc.

J'ai un penchant pour les entreprises coopératives. C'est une expérience que je voudrais vivre.


VIVRE DANS MON CAMION - 27 juillet 2020.

Petite mise-à-jour. Je ne suis pas encore parti! J'ai repoussé mon départ au premier août 2020 puisque j'avais beaucoup de travaux à exécuter sur mon camion.